Les créateurs mode de demain : Interviews Collège LaSalle

Cette semaine, nous vous présentons 3 des 7 finalistes du Collège LaSalle.

Enyse Charles copy

Inspiration du design
Captiver l’œil par l’intrigue entre la perception et la réalité, la contradiction des formes et l’expression de la troisième dimension, voilà en quoi ma démarche créative constitue.

Où te vois-tu dans 5 ans?
Dans cinq ans… Difficile à dire, j’aime l’idée que l’avenir soit rempli de possibilités.
Dans l’idéal de mes espérances, j’aimerais, d’ici à cette période de ma vie, avoir beaucoup voyagé. 

Ta tendance préférée du moment?
Je ne suis pas réellement les tendances. Par contre, je m’offrirais bien la garde-robe de  la styliste Margaret Zhang. Je suis totalement pour les longs gros manteaux de coupe ‘’H’’.

Ton roman préféré de tous les temps?
Je suis incapable d’en choisir qu’un seul… Rhinocéros d’Eugène Ionesco, Le portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde, Jane Eyre de Charlotte Brontë, Orgueil et Préjugés de Jane Austen… En ce moment, je lis la Bible; ses paraboles et son écriture viennent chercher quelque chose en moi. La sagesse de ce livre est incroyable. J’aime lire des romans qui enseignent des leçons, qui choquent les croyances et qui véhiculent une nouvelle pensée. Ce sont d’après moi les meilleurs romans, car ils changent les perceptions de la vie, en générale.

Frederic joncas copy

Inspiration du design
Debout, enracinée dans la terre asséchée, une légère brise souffle sur sa peau d’écorce. Seule, devant l’aube, elle assimile cette nature envahissante. Lentement, elle se réveille, prisonnière entre les arbres.

Qui est ton icône mode?
Contrairement à plusieurs designers de mode qui privilégie la jeunesse, j’affectionne tout particulièrement les personnalités plus âgées. En matière de mode, Tilda Swinton, m’inspire beaucoup. Au-delà de son goût indéniable, je trouve son physique très intéressant. Son visage plutôt androgyne dégage force, charisme et maturité.

Qu’est-ce que tu aimes de la vie à Montréal ?
Comparée aux grandes capitales de la mode comme Paris, Londres et Milan, qui ont de grandes histoires et qui vivent de traditions, Montréal est une ville jeune, qui, je trouve, dégage une force par sa nouveauté et sa fraicheur. Les artistes de tous les milieux tentent de se surpasser et d’innover, sans avoir peur du jugement, comme si tout était encore à construire.

Est-ce que tu es une personne qui considère le design de mode comme une forme d’art?  
Ayant diplôme en arts visuel, je considère la mode comme une forme d’art plus tangible, accessible à tous. J’entreprends un vêtement de la même manière que j’interprète un tableau. J’essaye de trouver l’équilibre entre la forme, la couleur et la matière. Pour moi, un vêtement de créateur doit suivre un processus créatif, une démarche singulière. J’aime sentir que le produit final est pensé et réfléchi. De cette façon, le vêtement devient moins banal. Bien que j’affectionne la conceptualisation, je considère qu’un vêtement réussi doit rester commercialisable, portable et esthétique.

mathieu joncas copy

Inspiration du design
La texture se décline dans une structure architecturale contrastante aux multiples surfaces irrégulières, créées par des variations de proportion, de répétition ou de rythme, laissant entrevoir une silhouette ajustée.

Qu’est-ce que tu aimes de la mode?  
Ce que j’aime de la mode, c’est qu’elle me permet de pratiquer un art qui me semble utile par le rapport unique et participatif que les gens auront envers mes créations. De plus, la mode offre la possibilité de créer un univers singulier et de représenter ma vision de mon esthétique personnelle. La mode pour moi, c’est bien plus qu’un produit; c’est l’image que l’on projette, la façon avec laquelle l’on s’approprie un vêtement pour le faire vivre et le rendre unique.

Comment vois-tu ton futur dans l’industrie de la mode?  
Je vais entreprendre un Baccalauréat en gestion et design de la mode à l’École supérieure de mode de Montréal en septembre prochain, ce qui signifie certainement que mon histoire avec le concours TÉLIO n’est pas encore terminée! De plus, j’espère travailler auprès des entreprises d’ici pour tailler ma place dans l’industrie afin de lancer ma propre collection, en collaboration avec mon frère  Frédéric. Car, les jumeaux Joncas accordent la mode au pluriel.

Le prochain endroit où tu aimerais voyager?
J’aimerais visiter l’Europe, que ce soit la France ou Londres, qui sont des endroits bien connus pour la mode. Je crois que Berlin serait également un endroit de choix, pour sa jeunesse et l’aspect créatif et marginal des jeunes artistes émergents.

Restez à l’affût, nous vous présenterons les 4 autres finalistes du Collège LaSalle bientôt bientôt!

reb

%d bloggers like this: